Une tête à faire peur - Jessica Rodiguez
Jessica Rodiguez

Mannequin à mes heures, j’emploie la moitié de mon temps à finaliser mes études en esthétique et pour rencontrer le prince charmant. Parce que ce n’est pas toujours facile d’être célibataire de nos jours pour une romantique comme moi. Oh non! C’est d’ailleurs pourquoi ce blogue existe: pour vous raconter – façon sex and the city – mes péripéties de célibataire à Montréal.

Une tête à faire peur

Une tête à faire peur - Jessica Rodiguez

Parfois, je voudrais me filmer quand je dors. Je n'arrive toujours pas à comprendre comment je fais pour toujours avoir une sale gueule au réveil. Les cheveux de travers, le visage las comme si je ne venais pas de me reposer. On aurait plutôt dit que je sortais d'un combat de boxe. Franchement, je pense que même là, il y aurait moins de dégât. Fort heureusement, je suis assez douée avec les maquillages. Après une bonne douche et quelques coups de pinceau, du rouge à lèvres et du mascara, je ressemble à une vraie star du cinéma. Je dépense presque rien dans les salons de beauté. Je n'y vais que pour des célébrations ou les jours de fête. J'adore me faire belle et passer beaucoup de temps devant mon miroir. L'horreur souvent quand on est dans une soirée, avec des collègues ou dans un rendez-vous, c'est de se rendre compte très tard qu'on a un vilain bouton sur le visage. C'est pour cela que je prends toujours tout mon temps lorsque je me prépare pour une sortie ou une réunion. En général, je prends trois fois le temps pour me changer, pour rendre mon visage parfait. À certains moments, je me fais un peu de relooking quand l'envie me prend. Je suis une véritable obsédée de la perfection du visage. Je ne me soucie pas trop d'avoir des tenues derniers cris ou des chaussures de marques mais je ne supporte pas de voir un visage tout pâle, tout ridé, ou mal soigné, encore moins le mien. J'ignore pourquoi cela m'est arrivé à moi, mais une fois, j'ai vraiment eu la honte de ma vie. J'habite dans un ancien bâtiment au 3e étage. Ce jour-là, j'ai été réveillée par les bruits que faisaient les voisins d'en bas. Il semblerait qu'ils avaient des fuites d'eau et qu'à leur réveil tout l'appartement était mouillé. Seulement, ils faisaient un bruit horrible à donner mal à la tête et à se demander les pires événements. En quelques minutes, tous les occupants du bâtiment furent dehors, effrayés par les cris. On ne savait plus si on devait appeler le concierge ou la police. Je n'arrive pas à croire que j'ai dû me montrer en public avec la tête que j'avais. Je ressemblais surement à une souillon et je n'ai même pas pris le temps de nouer mes cheveux. Et dire qu'il s'agissait simplement d'un mauvais débouchage drain du bâtiment.