J’ai participé à une session pour apprendre la peinture et le dessin - Jessica Rodiguez
Jessica Rodiguez

Mannequin à mes heures, j’emploie la moitié de mon temps à finaliser mes études en esthétique et pour rencontrer le prince charmant. Parce que ce n’est pas toujours facile d’être célibataire de nos jours pour une romantique comme moi. Oh non! C’est d’ailleurs pourquoi ce blogue existe: pour vous raconter – façon sex and the city – mes péripéties de célibataire à Montréal.

J’ai participé à une session pour apprendre la peinture et le dessin

J’ai participé à une session pour apprendre la peinture et le dessin - Jessica Rodiguez

Je m’étais promis qu’avant la fin de l’année, j’allais apprendre à dessiner correctement. Je peins un peu en amateur, mais j’aimerais vraiment maîtriser le dessin également, parce qu’on peut difficilement être un bon peintre, sans savoir, au moins un peu, dessiner. Mon problème en fait, c’est que je n’arrive pas à reproduire ce que je vois, du coup, je ne peux pas dessiner de portraits, ni de paysages, du moins pas de façon réaliste. Je voudrais savoir mieux reproduire les visages surtout, comme ça, je pourrai peindre mes amis et ma famille, c’est mon rêve !

J’ai donc participé à un stage sur la découverte du dessin et de peinture. Le professeur, qui est un artiste professionnel, nous a expliqué la théorie qui se trouve derrière le dessin. Je ne savais même pas qu’il y avait une théorie à connaître, je pensais qu’on savait dessiner, ou qu’on ne savait pas. En fait, le dessin, comme le vélo, ça s’apprend ! Bien sûr, tout le monde n’est pas Picasso, mais le professeur nous a expliqué qu’on pouvait au moins s’améliorer un peu, dans une certaine limite, assez pour prendre du plaisir à dessiner et à peindre. Je n’en demande pas plus.

Nous avons commencé par dessiner une pomme qu’il nous avait demandé d’apporter. C’est un exercice de dessin très classique, mais qui est très difficile. En effet, la pomme n’est jamais tout à fait ronde ou parfaite, et c’est là tout le problème : pour dessiner une pomme réaliste, il faut reproduire tous les petits défauts ! Au début, c’est assez compliqué, mais ensuite, à force de scruter la pomme, on finit par voir des choses qu’on ne voyait pas au départ : une tache, ou une bosse, par exemple.

Entre-temps, j’ai dû sortir discrètement pour appeler mon médecin. Je devais absolument prendre un rendez-vous pour un traitement de varices, parce que lorsque je reste assise trop longtemps, mes jambes commencent à me faire mal. Une fois que nous avons fini de peindre nos pommes, le professeur est passé voir le travail de tout le monde, et nous a fait des commentaires. Il a trouvé que ma pomme était plutôt bien dessinée, mais m’a montré que j’avais encore oublié pas mal de détails, ce qui faisait que ma pomme n’était pas parfaitement réaliste.

Ensuite, il a pris une pomme au hasard, et l’a dessinée en quelques minutes. C’était un dessin très bien fait, et tout le monde était ébahi par la rapidité et la précision du professeur.